Rassemblement en hommage aux victimes de Christchurch

Comments (0) Actualités, Manifestation Quimper

Le mardi 19 mars était organisé un rassemblement en hommage aux victimes de Christchurch. Voici la prise de parole qui a été faite pour l’occasion :
« Bonsoir à toutes et à tous, merci pour votre présence.
Nous sommes réunis ce soir pour rendre hommage à 50 victimes de la haine.
50 hommes, femmes et enfants victimes de ce que nous pouvons, ce que nous DEVONS appeler un attentat terroriste d’extrême-droite.
50 hommes, femmes et enfants qui ont été assassinés, lâchement, parce leur peau n’était pas blanche, parce qu’ils étaient musulmans.

Après cette prise de parole je vous proposerai d’observer une minute de silence, pour exprimer nos condoléances, nos pensées aux victimes, aux blessées, à leurs familles et les assurer de notre solidarité. Mais j’aimerais que cette minute de silence soit particulière.

J’aimerais que cette minute de silence soit le prélude à une reprise de parole de notre part. Il y a eu un grand nombre de minutes de silence, ces dernières années. Les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hypercasher, le Bataclan, l’attentat de Nice, l’hommage à Mireille Knoll… et aujourd’hui un attentat islamophobe.

L’auteur des attentats de ce vendredi a poussé l’horreur jusqu’à filmer et diffuser en direct son attaque. Il a également publié un long manifeste où il fait de nombreuses références à l’Europe, à la France. Il y développe les théories racistes et fascistes, il les assume.
Cette haine meurtrière qui vient de frapper la Nouvelle-Zélande, nous concerne tous, par-delà les nations. L’idéologie d’extrême droite et l’absurde théorie du grand remplacement sont des dangers mortels.

Cette volonté de tuer des hommes, des femmes et des enfants en raison de ce qu’ils sont, ici parce que musulmans, se nourrit chaque jour des discours d’exclusion, des mensonges toujours renouvelés et de la complaisance avec laquelle ils sont reçus et reproduits à l’infini.

Cette propagande est d’autant plus mortifère qu’elle est considérée comme crédible par de nombreux responsables politiques et même par des intellectuels ou considérés comme tels.

S’il y a un grand remplacement à craindre, c’est celui des valeurs d’humanisme par une idéologie de haine.
S’il y a une invasion à craindre, c’est celle des idées extrémistes, du repli sur soi.
Nous condamnons le terrorisme, TOUTES les formes de terrorisme, TOUTES les discriminations.

Nous allons faire une minute de silence, et ensuite nous allons parler, échanger entre nous, et j’aimerais que nous nous séparions en prenant l’engagement de passer du recueillement au combat devant l’urgence qui est posée.

Nous avons le devoir de reprendre la parole, chacun d’entre nous doit être acteur en ne laissant plus passer une seule parole raciste, xénophobe, homophobe…

Ce soir sont présents des militants de longue date, qui sont mobilisés depuis des années, voire des dizaines d’années, et je les remercie et les félicite pour cet engagement sans faille. Mon implication est plus récente et date de janvier 2015. Ce sont les attentats terroristes islamiste et antisémites, à Charlie-Hebdo puis à l’Hyper cacher, qui m’ont incité à m’engager, dans mon cas à la Ligue des droits de l’Homme.

Je me suis dit à ce moment-là que je ne pouvais plus me contenter de « commenter » mais qu’il fallait devenir acteur. Je ne me faisais pas d’illusions, les minutes de silence seraient encore nombreuses et je n’y pourrais rien, mais je voulais essayer d’apporter ma toute petite contribution à cette lutte contre la haine de l’autre.

Nous pouvons tous agir, il n’y a pas d’action inutile, que ce soit en portant contradiction à un propos raciste dans notre entourage, en exprimant sa solidarité aux personnes discriminées, en écrivant aux élus, aux parlementaires, aux médias, pour leur demander de réagir. Nous pouvons tous agir, seul ou en rejoignant une association ou un mouvement progressiste, quel qu’il soit. Vous en trouverez sûrement un qui correspond à vos attentes et à vos engagements, et beaucoup sont présents ce soir.

Nous devons affirmer haut et fort, sans relâche, les valeurs d’humanisme qui sont les nôtres. « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».

La fraternité, ce n’est ni naïf, ni illusoire.
C’est une valeur fondamentale que nous partageons ce soir et que nous devons assumer et diffuser autour de nous.

Nos sœurs et nos frères sont musulmans, juifs, chrétiens, athées, hétéro, bi, ou homosexuels… leur peau est claire ou foncée… leur genre nous indiffère.
Parce que quand nous croisons une personne, nous voyons avant tout un être humain, avant de voir sa religion, sa croyance ou son absence de croyance, sa sexualité, sa couleur de peau ou son genre.« 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *